#Culture : Retour du vaste monde : Rencontre avec François Troquet

15 mars 2019 - 172 vues
Télécharger le podcast

Retour du Vaste Monde, visite-rencontre avec François Trocquet

Retrouvez François Trocquet le 17 mars à 11h15 à propos de son ensemble de dessins intitulé Le Havre-Détroit, villes parallèles, pour une rencontre avec Alexandre Mare, critique et commissaire d’exposition

Informations pratiques

Horaire : 15h00

Durée : 1h

Publics : adultes/adolescents

Tarif : gratuit

Lieu : MuMa, 2 bd Clémenceau, 76600 Le Havre

Sans réservation, dans la limite des places disponibles

RDV à l'accueil du musée, sur présentation du billet d'entrée

http://www.muma-lehavre.fr/fr/agenda/visite-rencontre-avec-un-artiste?expo=1663

https://www.facebook.com/events/417015129107099/

FRANÇOIS TROCQUET

Le projet de résidence

Sous le nom de Le Havre-Détroit, villes parallèles, le projet propose de se confronter à de nouveaux paysages, interroger le rapport entre ces deux villes (histoire, architecture, musique).

L’œuvre présentée au MuMa : Le Havre-Détroit, des villes parallèles

Suite à cette résidence à Détroit, François Trocquet établit des ponts, culturels notamment, entre les différentes villes dans lesquelles il séjourne, et Détroit.

A son retour de Détroit, ayant réalisé une résidence à Rouen, François Trocquet présentera au MuMa une œuvre intitulée Détroit - Le Havre : une sélection de 23 dessins de Détroit, Rouen, Grand-Quevilly et Le Havre.

Résidence à Détroit entre Juillet et Août 2016

Les grands dessins au stylo bille noir de François Trocquet montrent des paysages déserts où se dressent, dans des ciels vides, des arbres, des maisons en bois, des immeubles en béton, des caravanes. Les lieux semblent abandonnés, à la limite de la ruine, tels des décors d’un film depuis longtemps terminé. Dans l’ensemble de ces dessins, il y a une forme qui s’insinue, fidèle, obsédante, un cercle blanc, parfois muni d’une pupille : un œil qui observe l’espace et qui nous observe...

La technique des hachures au stylo bille noir permet à l’artiste une infinité de nuances de gris jusqu’au noir le plus doux, qui n’est pas sans rappeler la gravure. Précis et descriptif comme une image documentaire, le dessin travaille aussi bien sur la lumière que sur le vide du papier. L’artiste, dont l’unique nécessité est de dessiner quotidiennement, s’attache à la présentation de ses dessins en ensembles modulables -en bandeaux ou en panneaux- qui contribuent à renforcer l’aspect cinématographique des séries.

« Détroit, ville en ruines, brisée par la crise économique, trouve un écho tout particulier avec ma ville de départ, Le Havre, qui fut détruite et rasée par la guerre. Comment les habitants ont su faire face à l’adversité et réparer leurs villes de ces traumatismes ? Partir à Détroit, grâce à La Bande des Havrais, a été pour moi une opportunité de me confronter à de nouveaux paysages, afin de prolonger mon travail avec la production de nouveaux dessins. »

http://www.labandedeshavrais.fr/artiste/francois-trocquet

http://francois-trocquet.com/

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article